Sur la route !

Plutôt que de reprendre le chemin de la rentrée, égarons-nous sur des sentiers littéraires avec cette sélection de récits de voyages et autres traversées. En route !

Des Bandes dessinées :

Come Prima d’Alfred, Delcourt, 2013
Suite au décès de leur père, deux frères retournent dans leur village d'enfance pour jeter les cendres paternelles à la mer. Sorte de road-moavie à l'italienne, Fabio et Giovanni nous embarquent sur la route au volant de leur fiat 500. Ce voyage donnera l'occasion à ces deux frères que tout oppose de recréer un lien, une route entre eux, si bien qu'au fil du récit ils deviennent de plus en plus attachants dans leur humanité. Des couleurs chaudes et un trait expressif pour cette BD qui a été primée meilleur album au festival d'Angoulême 2014.
La Traversée du Louvre de David Prudhomme, Futuropolis, 2012
Une bande dessinée pleine d'humour qui présente la vie d'un musée, ici celui du Louvre. Les visiteurs évoluent dans les salles, croisent les tableaux, se prennent en photo devant les oeuvres d'art, s'arrêtent, repartent. Visages éberlués, yeux écarquillés, les expressions sont accentuées, proches de la caricature. C'est comme si les tableaux regardaient les spectateurs et que ces derniers devenaient eux-même des oeuvres d'art. Légèreté des attitudes humaines devant des oeuvres qui ont traversé le temps, jeu de contraste tout en subtilité capté par le regard d'un artiste. À découvrir absolument !
Cette BD a été primée deux fois en 2012 : prix Nouvelle République au festival BD Boum de Blois et prix international de la ville de Genève.

 

Quelques Romans :

 

 

 

 

 

 

Sur la route  de Jack Kerouac
Version 1956 
Version originale de 1951
À l'origine du très célèbre roman de Jack Kerouac : un rouleau  que l'auteur avait confectionné avec avec des feuilles de dessin découpées et collées bout à bout. D'une quarantaine de mètres, ce « rouleau » symbolisait la route et Kerouac y déversait un flot de mots ininterrompus, sans chapitre ni paragraphe. Ecriture nerveuse, intense, viscérale. Bien qu'en « gestation » depuis plusieurs années, Kerouac a écrit ces lignes en trois semaines ! Longtemps porté disparu, ce rouleau a refait son apparition lors d'une vente aux enchères à New-York en 2001. Telle la première esquisse d'un peintre, cette version dépeint avec finesse, dans une traduction très réussie, les personnages, les lieux, les premières sensations de Kerouac. Il lui a fallu ensuite attendre 6 ans pour trouver un éditeur qui accepte de le publier. Kerouac a dû se plier aux normes de la machine éditoriale en éliminant certaines scènes, en changeant les noms des personnages et en organisant le roman en parties, chapitres, et paragraphes.
Cette édition est donc l'occasion de redécouvrir ce grand classique dans sa version brute avec toutes les errances de Kerouac qui côtoient la profondeur spirituelle. Quand les traversées humaines côtoient le sacré...un roman à redécouvrir !
 
  

 

 

 

 

L'usage du monde de Nicolas Bouvier, dessins de Thierry Vernet, Payot, 1998
Le vent des routes [enregistrement sonore] entretiens avec et autour de Nicolas Bouvier, poèmes lus par N.Bouvier, Livre lu, Zoé, 2005
Grand classique de la littérature de voyage, ce livre rend compte du périple de deux amis : Nicolas Bouvier, journaliste et écrivain, et, Thierry Vernet peintre. Entre 1953 et 1954 ils parcourent le monde des Balkans aux portes de l'Inde en vivant de leur art. Ils vont traverser la Serbie, la Macédoine, la Turquie, l'Iran, l'Azerbaïdjan, etc. Nous les suivons au gré de leur rencontre, de leurs péripéties. Heureuses ou malheureuses, errance, survie parfois.  Le rythme lent du récit incarne la lenteur inhérente au voyage qui permet d'observer le monde et d'aller à la rencontre de l'autre. Une écriture précise et un style agréable pour ce livre que l'on prend le temps de lire et... de regarder grâce aux dessins de T.Vernet. Noir et blanc, style épuré et naïf, paysages et visages dépeints avec beaucoup d'expressivité agrémentent agréablement ce récit. Un  beau chef-d'œuvre, témoignage d'un temps où la guerre n'avait pas encore défiguré certaines contrées traversées.
  
Tsiganes : sur la route avec les rom lovara  de Jan Yoors, Payot-Lausanne, 1995
Ici, Jan Yoors nous emmène sur la route avec les tsiganes. Véritable ode à la liberté, ce livre raconte l'histoire de Jan Yoors, qui, à l'âge de douze ans va se lier d'amitié avec des rom Lovara et fuguer durant six mois pour partager leur vie. À son retour, il annonce sa décision de partir sur les routes avec eux à ses parents. Il deviendra un des leurs, guidé par Pulika.
C'est toute la culture tsigane qui est ici décrite, traditions, fêtes, musicalité, liberté, art du cirque, joie de vivre.  Une étude ethnologique qui donne envie de prendre la route avec les rom Lovara!
  
Eldorado de Laurent Gaudé, Actes Sud, Léméac, 2006
Le même auteur que Le soleil des Scorta (Actes Sud, 2004) aborde ici un thème d'actualité : l'immigration clandestine au large des côtes italiennes. Nous sommes à Catane, le commandant Piracci surveille les frontières en sillonant la mer de la Sicile à la petite île de Lampedusa. Sa mission est d’intercepter les bateaux d'immigrés clandestins. Un jour, la rencontre avec une survivante d'un de ces boat-people va changer sa vie. En parallèle le destin de deux frères, Soleiman et Jamal, qui ont tout quitté. Chemin d'exil, déracinement, difficile parcours de ces hommes partis pour un eldorado. Tragique et réaliste sans jamais tomber dans le mélodrame. Un livre pétri d'humanité malgré un sujet grave.
  
Guadalquivir de Stéphane Servant, Gallimard, 2009
Frédéric fait désormais partie de la « meute » et répand sa haine et sa violence dans la cité. Fils d’immigré espagnol et détenteur d’une lourde histoire familiale, il lutte pour que, ni son passé, ni ses fantômes, ne le rattrapent. Jusqu'au jour où sa grand-mère Pépita, malade d’Alzheimer, va l’attirer dans un train en direction de l’Espagne, de l'Andalousie, du Guadalquivir. Ce roman jeunesse aborde des sujets tels que le racisme, la différence et les rapports intergénérationnels. Un style simple et sans fard pour ce premier roman de Stéphane Servant tout en sensibilité.
Ce roman a reçu de nombreuses récompenses dont le prix d'un Livre à l'Aude 2010.
  

 

 

L'art de marcher de Rebecca Solnit, Actes Sud, 2002
Marcher-éloge des chemins et de la lenteur de David Le Breton, Métailié, 2012 
Ces deux essais défendent la même idée «La culture de la marche est à bien des égards une réaction contre la vitesse et l'aliénation propres à la révolution industrielle.» (Rebecca Solnit).

Rebecca Solnit aborde tous les types de marche, de la marche de protestation, à la déambulation urbaine en passant par les chemins de randonnée. Elle propose une réflexion pertinente émaillée de nombreuses références et s'interroge sur la marche. Rythme des pas, penser en mouvement. Auparavant critique d'art, elle propose une autre façon de regarder le monde « Le paysage n'est jamais le même à l'aller qu'au retour».
De son côté, David Le Breton reprend une réflexion qu’il avait entamé il y a dix ans dans Eloge de la marche (Métailié, 2000). « Un chemin est une proposition, une orientation ou une direction » « tension vers un au-delà que chaque pas repousse plus loin ». Marcher pour repousser la mort et se sentir en vie !

 
  
Courir sur la faille de Naomi Benaron, Editions 10/18, 2011
Jean Patrick Nkuba rêve de devenir le premier Rwandais à courir aux Jeux Olympiques. Mais Jean Patrick est un Tutsi, et les gens comme lui ne sont pas censés gagner. Malgré le climat de violence qui règne dans son pays, Jean-Patrick s'accroche à son rêve qui le délivrerait, lui et son peuple, de la brutalité environnante. Courir, courir pour sa vie, courir pour son peuple, courir pour retrouver les siens. Une histoire qui nous fait aussi découvrir la beauté du Rwanda (collines, verdure, « ces torrents d’argile rouge de la saison des pluies ») tristement déchirée par les conflits ethniques. Une course angoissante où l'on aimerait que la vie triomphe. 

 

Des carnets de voyage

 

Carnets de voyage . 1, Egypte, Bénin, Cuba, Grèce, Japon de Titouan Lamazou, Gallimard, Nouveaux Loisirs, 1998
Carnets de voyage . 2, Haiti, Mali, Colombie, Russie, Indonésie de Titouan Lamazou, Gallimard, Nouveaux Loisirs, 2009
Marin et dessinateur de talent, Titouan Lamazou rend compte de ses voyages dans ses carnets où il croque le monde. Des portraits réalisés à l'aquarelle qui tracent les contours des personnes rencontrées, visages de femmes, force des traits et de l'expression. Textes apposés sur la feuille qui caractérisent les personne croquées, les nomment, leur donnent une place,  une existence, au-delà du papier.  Des pages pour découvrir le monde.

Et une expo sur les carnets de voyage que les bibliothèques du réseau peuvent emprunter à la BDA :


Exposition Carnets de voyage : mode d'emploi / Editions Sépia et Bibliothèque départementale de l'Aude

Une sélection de 10 livres + 13 panneaux 50 x 70 cm.1 livre sur les différentes techniques de fabrication pour créer son carnet de voyage et 9 livres d’exemple de carnets de voyage.

Il n’est pas nécessaire d’entreprendre de grands voyages pour réaliser des carnets : un billet de train ou un ticket de métro sont souvent suffisants.
L’auteur, «carnettiste» chevronnée, nous fait partager sa passion et nous ouvre sur la création et le merveilleux.
Une exposition dans l’air du temps qui concerne aussi bien les jeunes que les seniors : succès garanti pourvu qu’on se laisse aller à découvrir le monde qui nous entoure…
Cette exposition explique les rudiments techniques pour fabriquer un carnet de voyage.

Amis bibliothécaires du réseau, pour réserver cette expo, vous pouvez utiliser ce formulaire.
Et pour avoir toutes les infos sur les outils d'animations que la BDA prête, c'est par ici
 

Retrouvez toutes les autres sélections concoctées par les bibliothécaires de la Bibliothèque départementale sur cette page.

Et si un de ces livres vous a plu, n'hésitez pas à vous rendre dans la bibliothèque la plus proche de chez vous qui réservera l'ouvrage voulu !