Polar et jazz

Polar et jazz sont souvent associés. Est-ce pour leur côté « mauvais genre » ? Y a-t-il d’autres points communs ? de lieu, de date de contexte ?

Certes, le roman policier n’est pas né aux Etats-Unis, mais cela est une autre histoire.
En revanche, le jazz, lui, est bien né aux Etats-Unis et les deux ont vu le jour à peu près à la même époque.
Le jazz est une musique afro-américaine né à la fin du 19e siècle dans le sud des Etats-Unis.
D’abord musique rurale et populaire, musique de fête et de danse, musique d’extérieur -- car à la Nouvelle-Orléans, le climat le permet --  mais aussi musique de cabarets, de bordels dans les quartiers réservés de Storyville.
Elle gagnera Chicago et ses night-clubs où les musiciens noirs de la Nouvelle-Orléans se feront connaitre.
Chicago deviendra la capitale du jazz vers 1920 puis New-York  à la fin des années 1920.
Aux Etats-Unis, 1920-1930 est une période de développement économique. Cependant, le puritanisme religieux progresse, c’est l’époque de la prohibition ; la violence urbaine s’étend, le gangstérisme se développe. Dans ce contexte, le jazz, expression identitaire de l’homme noir, devient pour la jeunesse blanche le symbole de la modernité, de la liberté sexuelle. Plus qu’une musique de danse, c’est aussi une musique de revendications et de transgression.
Le roman policier américain est directement issu de ce contexte, où la crise de 1929 et la prohibition entrainent un surcroît de violence sociale. Il évoque un univers urbain inquiétant, la déchéance d’une humanité sans illusions. Il décrit les travers de la société américaine : pauvreté, corruption où les détectives privés, les policiers  et les gangsters fréquentent les bars des quartiers mal famés.
Après New-York, Los Angeles est la ville que  l’on retrouve souvent dans les polars liés au jazz.
Dans les années 50, la ville qui héberge les studios de cinéma, attire les musiciens  car cette musique est fréquemment utilisée dans les films noirs. Les studios feront également appel à des musiciens de Jazz pour composer des musiques de films.
Certains polars américains seront adaptés pour le cinéma et se trouveront de cette manière lié au jazz.
Dans le roman policier, le jazz et ses musiciens peuvent directement  être représentés.
Ils peuvent aussi être seulement  évoqués.C’est plus souvent  le cas dans des romans  récents que dans des romans écrits avant la seconde guerre mondiale.

 

Courir après le diable / David Fulmer 
La Nouvelle Orléans, 1907, une vague de crimes s’abat sur  le quartier  de  Storyville, berceau du jazz naissant et quartier général de la prostitution et du crime organisé.
Le détective créole Valentin St Cyr s'attaque à l'affaire et s'interroge sur le rôle que joue son ami le musicien Buddy Bolden ( et Ferdinand Lamothe, alias Jelly Roll Morton) dans ces crimes horribles. Premier volume d'une trilogie consacrée au détective Valentin St. Cyr.

Pianiste, compositeur et chef d'orchestre de jazz américain (Nouvelle-Orléans 1885 ou 1890-Los Angeles 1941).
Compositeur fécond, orchestrateur rigoureux, Morton, s'il ne fut pas, comme il le prétendait lui-même, l'« inventeur du jazz », n'en demeure pas moins le pianiste qui, le premier, a su jeter un pont entre le ragtime et ce qu'on devait appeler le jazz. Parmi  ses enregistrements, citons : Doctor Jazz (1926), Wild Man Blues (1927), High Society (1939).

Jelly Roll Morton / Jelly Roll Morton ; NOCTURNE, 2006 ; 2 disques compacts ; (BD jazz)

 

  

Lady jazz /  Craig Holden , RIVAGE, 2002

L’intrigue se déroule en 1926 et raconte l’histoire de Lady Day ainsi nommé en raison de son gout pour le jazz, assassiné par son mari  .L’auteur fait revivre les années 20, l’époque d’Al Capone, des speakeasies et de leurs auteurs de jazz.

The quintessence : Richmond, Chicago, New-York city : 1923-1928 / King Oliver. - FREMEAUX & ASSOCIES, 1996 . – 2 disques  compacts
  

La reine des pomme / Chester Himes , GALLIMARD, (1958)
Cycle de Harlem, série Cercueil et Fossoyeur, ce roman préfigure le polar contemporain nourri au jazz.  Enquête menée par les deux plus célèbres flics de Harlem.
Les allusions au jazz sont fréquentes dans les romans de Chester Himes. Il  parle de "hot Lipes" dans une scène de ce roman.

 

Harlem was the place : 1929-1952 / Anthologie,  FREMEAUX & ASSOCIES, 2 disques compacts
  

 

Un nommé Peter Karras / Georges Pelecanos , MURDER, 1996
Dans les années 30 , Peter Karras  a grandi dans les quartiers pauvres de Washington.
En 46 , revenu de la guerre, il rackette pour le compte de la mafia locale.
Pendant ces années difficiles, le public se tourne vers la musique de danse, de divertissement. Période baptisée  « Swing era »  C’est une époque florissante pour les orchestres.
En même temps, Charlie Parker et ses partenaires s’affranchissent de la danse et imposent au jazz une incroyable évolution c’est le  Be bop apparu à New York début des années 40.

Swing era big bands : 1934-1947 / Anthologie, FREMEAUX & ASSOCIES, 1998 , 2 disques compacts

Three classic albums plus / Tommy Dorsey, trombone, AVID, 2010, 2 disques compacts

 

Intégrale, Vol. 4 : Bird of paradise : 1947 / Charlie Parker, FREMEAUX& ASSOCIES, 2012 3 disques compacts

  
Le dernier coyote / Michael Connelly  SEUIL, 1995
L’inspecteur Harry Bosch de Los Angeles en congé forcé, se replonge dans un vieux dossier : celui du meurtre de sa mère.
Le héros de Michael Connelly  , Harry Bosch est un amateur de jazz et cette musique accompagne chacune de ses enquêtes . Celle-ci démarre avec un morceau de Clifford Brown
Le dernier coyote / Michael Connelly  (1995) LIVRAPHONE, 1 disque compact MP3

 

 

Après New-York, Los Angeles est sans doute la ville que l’on retrouve le plus fréquemment dans les polars liés au jazz. Pôle économique et artistique, la ville attire les musiciens car c’est là que sont les studios de cinéma qui recrutent  des musiciens de jazz pour  enregistrer des musiques de films.
Certains polars américains adaptés pour le cinéma se retrouvent ainsi lié au jazz.

This one’s for Blanton / Duke Ellington, piano ; Ray Brown, Contrebasse, FANTASY, 1994, 1 disque compact

  

White Jazz / James Ellroy , RIVAGE , 1992
Los Angeles, fin des années 50, David Klein, flic corrompu et violent, se voit confier une affaire de cambriolage étrange. Chiens empoisonnés, mutilés, disques de jazz brisés.
Dans les romans de James Ellroy, le jazz est toujours présent .   Dans ce roman , c’est Art Pepper qui fait une apparition.
Art Pepper est l’une des grandes figures du courant West Coast des années 50 issu du bebop aussi appelé Jazz cool.

Art Pepper meets the rhythm section / Art Pepper ,Saxophone ; Red Garland, Piano;  Paul chamber, Contrebasse Philly Jo Jones, Batterie, CONCORD, 2010 , 1 disque compact
  

Sur les traces de Chet Baker  / Bill Moody, RIVAGE, 2002
Ce roman écrit par un musicien, retrace l’histoire d’une légende du jazz cool dont la carrière fut perturbée par la drogue. Sa mort , dont les circonstances  ne sont pas totalement éclaircies a inspiré à l’auteur une enquête de son détective pianiste Evan Horne

Chet Baker & Art Pepper : Complete recording  /Chet Baker, Trompette ; Art Pepper, Saxophone , LONE HIL JAZZ, 2007, 2 disques compacts
  

Bleu noir / John Harvey (DIR) RIVAGE, 2002
Dans cette anthologie de roman noir, les auteurs ont tous un point commun, ce sont des passionnés de musique, Jazz, blues, country ou rap.


 

 

 

Polar, ciné et jazz : un mélodieux ménage à trois

John Lewis, le pianiste du Modern Jazz Quartet a composé la musique de polars adaptés au cinéma  C’est par exemple le cas du film « Odds against tomorrow »  = [Le coup de l’escalier] de Robert Wise dont le scénario est tiré du roman de  de William .P. Mc Givern  
The Quintessence : 1952-1960 / Modern Jazz quartet , FREMEAUX & ASSOCIES,
 
Duke Ellington a aussi compose pour le cinéma
Anatomy of a murder  = [Autopsie d’un meurtre ] / Musique de Duke Ellington ; un film d’Otto Preminger ; scénario d’après le roman de John D. Voelker ( Robert Traver)
 
Le jazz à l’écran : 1929-1962 /Anthologie, FREMEAUX & ASSOCIES, 2014, 3 disques compacts
 

Jazz on film : film noir / Anthologie , JAZZ ON FILM, 2011, 5 disques compacts

 

Jazz on film : The new wave / Anthologie,  JAZZ ON FILM, 2013 , 6 disques compacts