RENCONTRE AVEC ARNAUD RYKNER / RENDEZ-VOUS LITTERAIRE

Date de l'évènement: 
Saturday 15 February 2014
A 16h, à la Maison du Banquet & des générations, abbaye de Lagrasse.

Dans le cadre des Rendez-vous de la librairie, la Maison du Banquet & des générations accueille l'écrivain Arnaud Rykner, à l’occasion de la parution de son nouvel ouvrage, La Belle Image (éd. du Rouergue 2013).

Cette rencontre se déroulera en deux temps, la projection du film "Arnaud Rykner : Le Silence des mots", d’Hervé Gouault et Chris Thorp, puis l'entretien-lecture-débat.

Arnaud Rykner, né en 1966, est romancier, dramaturge, metteur en scène et il enseigne à l’Université de Paris 3. Il a publié à ce jour sept romans, tous aus Éditions du Rouergue/Actes Sud : Mon roi et moi (1999), Je ne viendrai pas (2000), Blanche (2004), Nur (2007 ; rééd. Babel, 2008), Enfants perdus (2009), Le Wagon (2010 ; rééd. Babel 2013) et La Belle Image. Sa première pièce, Pas savoir, est parue en décembre 2010 aux éditions Les Solitaires Intempestifs, avec une préface de Claude Régy.

La Belle Image : présentation de l’éditeur :

Ce livre est né d’une révolte. Un homme vient de sortir de prison, l’autre tente de l’aider à reprendre pied dans le vie sociale. Ils s’échangent des lettres. Le condamné raconte les chemins qui l’ont mené derrière les barreaux. Il dit surtout qu’on en sort pas, que l’acte qu’il a commis l’a fait entrer dans une prison plus vaste, qui l’efface de la société. Qu’est ce qui, dans son histoire dramatique, attire l’autre ? En quoi correspondent-ils ?

Un homme vient de sortir de prison après 7 ans derrière les barreaux, pour un crime dont on ne sait d’abord rien. Il entretient depuis quelques temps une correspondance avec un universitaire qui l’a aidé à entamer une thèse de littérature. Leur correspondance se poursuit, hors les murs, et prend des tours plus intimes. Qu’est ce qui, dans l’histoire dramatique de l’un, attire l’autre ? En quoi correspondent-ils ? Le condamné raconte les chemins qui l’ont mené en prison, lui qui, par sa condition bourgeoise, n’était pas destiné à la connaître. Il dit surtout qu’on ne sort pas de prison, que l’acte qu’il a commis l’a fait entrer dans une prison plus vaste, qui l’efface de la société. Dans son village natal, il n’est plus que l’auteur d’un fait divers. La prison ne s’ouvre que sur l’impasse sociale.

Ce nouveau roman d’Arnaud Rykner s’inspire de la correspondance réelle que l’auteur a menée avec un prisonnier. La Belle Image ne se veut pas un roman social sur la prison ou la double peine qui marque souvent définitivement du fer de l’exclusion un homme condamné. Il nous permet cependant de saisir la dure réalité de la prison dedans, et ce qu’elle entraîne dehors. Avec Arnaud Rykner, on s’interroge sur la condition de chacun, notre part de liberté et d’enfermement et notre rapport aux passions. Comme dans Le Wagon, son précédent roman, Arnaud Rykner joue du réel et de la fiction avec la force de son écriture dépouillée. 


La presse en parle : Florence Bouchy - Le Monde du 26 septembre 2013

Arnaud Rykner ne se sent ni l'âme d'un " justicier " ni celle d'un " chevalier ", assure-t-il. Il n'écrit pas un réquisitoire contre la justice. Il veut comprendre " comment on peut en arriver là ", et de quelle façon la société dysfonctionne en " ne laissant aucun moyen de s'en sortir " à ceux qu'elle considérera toujours comme d'anciens prisonniers. " Au début, je voulais juste réécrire ses lettres, explique l'universitaire, et qu'on n'entende pas celui qui répond ", pour laisser résonner la parole de celui qui subissait l'incarcération et le boulet du casier judiciaire. Le choix de la fiction s'imposait. Par respect, d'abord, pour les acteurs du drame. Mais aussi pour avoir la possibilité de vivre, par le truchement du langage, un peu de ce qu'a vécu celui qui a été incarcéré...

Les deux protagonistes se livrent l'un à l'autre mais, surtout, s'imaginent, se devinent et se découvrent, dans leurs silences respectifs. " Il m'invente, je l'invente. C'est comme ça que nous existons ", constate le narrateur...

La " belle image " du narrateur au parcours exemplaire se fissure, pour que de ce livre " impossible à aimer " surgisse une voix libérée de toute entrave et de tout artifice.

 

Entrée libre et gratuite

Renseignements auprès de la Maison du Banquet & des générations

04 68 32 63 89 ou lamaisondubanquet@orange.fr

www.lamaisondubanquet.fr