Salle du fer

La forge, au sein du village, est indispensable : c'est là que les outils sont fabriqués et réparés, c'est aussi un lieu de rencontre où il fait bon se réchauffer.

L’atelier du forgeron

La forge constitue le cœur du village et de ses activités. Il s’agit ici de la forge de Nébias. Le forgeron était  aussi maréchal-ferrant et charron au gré des besoins. Il ferrait les chevaux et les bœufs, coupait les cornes de ses derniers lorsqu’elles gênaient l’attelage. Il fabriquait aussi les roues et les ferrures des charrettes.

Ainsi plusieurs ensembles de collections sont visibles dans la reconstitution : le foyer, l’enclume , le bac à trempe et le râtelier à pinces et tricoises ; la table et le banc à ferrer ; l’établi de menuiserie ; quelques éléments du charronnage.

La table à ferrer supportant lime, rénettes, mailloche, rogne pied, fers à bœufs

 

Le jais

Le jais est travaillé au Quercorb du 17e au 19e siècle. Le jais est présenté dans les étapes de sa transformation : à l’état naturel ; en morceaux de jais dégrossis ; en produits finis (perles, broches, boucles d’oreilles, boutons, ceintures, etc...). Des morceaux de galalithe (matériau qui s’est substitué au jais par la suite) sont également disposés dans les vitrines.

Morceaux et perles de jais

 

Les sonnailles

Les sonnailles cuivrées ou bronzées étaient une spécialité de Rivel, que l’on appelle aussi Rivel de las esquilas : Rivel des sonnailles. Elles étaient fabriquées à partir de tôle découpée et pliée à la forme voulue, puis bronzées  au four selon un procédé spécifique qui a fait leur réputation. On enveloppait la cloche de tôle dans une motte de terre glaise où étaient  disposés des fragments de laiton ou de cuivre qui, chauffés au four, fondaient et coloraient la tôle. Ce procédé, difficile à maîtriser, était tenu secret et transmis de père en fils. Sont exposées dix sonnailles ainsi que le banc à marteler servant à leur finition,  sept cloches fondues et des creusés.

Les sonnailles dans la salle du fer

Rubrique: