Salle du bois

Les abondantes forêts aux essences variées apportent une ressource largement exploitée par les habitants du Quercorb.

L’atelier du tourneur sur bois

Généralement activité complémentaire, le métier de tourneur sur  bois était pratiqué dans un coin de la maison, dans un endroit de dimensions restreintes.

Ici, l’atelier de Jean Sylvestre est reconstitué intégralement avec son tour très rustique,  son établi de menuisier et le râtelier avec ses outils ainsi que quelques productions classiques des Sylvestre. Il s’agit surtout de « bobinots » pour les machines textiles de Lavelanet, de robinets et divers petits objets.

tour à bois

 

 

La fabrication des peignes

Les documents attestent le commerce du peigne dès le 14e s dans la vallée de l’Hers. Le peigne se travaillait il y a encore 30 ans à Sainte Colombe sur l’Hers ; l’usine a fermé et il ne reste plus aucune machine. Les peignes étaient en buis, en bois (hêtre, alisier) ou en corne. Actuellement, la vallée de l’Hers est le dernier lieu européen où se fabriquent des peignes en corne.

Des outils de finition traditionnels de travail à la main et aussi des peignes constituent la vitrine.

Peigne estampé du poisson pour l’exportation vers le Maghreb

 

Les comportes

Les comportes en bois de sapin ou semals étaient une des productions artisanales les plus répandues de la région. On en fabriquait dans de nombreux villages mais celui de Rivel portait le nom de Rivel de las semals. Elles  servaient au transport des grains, des vendanges, du savon noir, et se vendaient dans l’Aude, les Pyrénées Orientales, l’Ariège, le Tarn ou la Haute Garonne.

Une comporte

 

Le chaisier

Le chaisier fabriquait des barreaux de chaises et pour cela il utilisait du chêne, du châtaignier, du hêtre, de l’alisier. Il refendait le rondin encore vert avec une hache. Assis sur la chèvre, il éliminait le cœur et l’écorce et avec une plane arrondie, il donnait une forme galbée au futur pied. Les barreaux qui devaient servir à la bonne tenue de la chaise étaient réalisés dans du bois sec.

 

Le palhasson

Le palhasson (prononcer « paillassou ») est une corbeille dans laquelle étaient disposés les œufs, les graines… il peut aussi s’agir d’une simple natte sur laquelle sera posé un plat de milhàs traditionnel.

Deux matières le constituent : une herbe solide et non cassante (paille de seigle par exemple), une verdolà (prononcer « berdoulo ») qui peut être en noisetier ou en châtaignier dans la région de Puivert ou fabriquée à partir de ronces partagées dans le sens de la longueur dans le Val d’Ambronne.

palhasson en cours de fabrication

 

 

Rubrique: