Il neige

La peinture de neige exerce une certaine curiosité par la prouesse technique qu’elle implique, mais c’est avant tout la poésie de ces paysages calmes et froids qui envoute le spectateur.

Au 19e siècle le paysage s’impose comme un genre majeur de la peinture. Il  occupe tout l’espace de la toile et toute l’attention de l’artiste qui cherche soit à interpréter la nature dans un élan poétique, soit à reproduire la réalité même si celle-ci se présente peu attrayante. Le musée Petiet de Limoux présente une palette variée de paysages. L’église de Perette d’Antoine Guillemet ou les Moutons dans la prairie de Louis Japy nous offrent des paysages fidèles à la réalité où le trait domine la couleur pour cerner les détails. Alexandre Nozal, Paul Sourou, Alfred Casile, qui peint Village de pêcheurs ou Pêcheurs sur la plage, s’éloignent de l’aspect lisse de la peinture académique dans une recherche de la lumière et de ses effets sur les formes. Achille Laugé aime  peindre toujours les mêmes sites en particulier les environs de sa maison à Cailhau et pour rendre cela, il adopte la touche divisée des néo-impressionnistes.

 

Givre et neige de Alexandre Nozal

 Givre et neige ; Alexandre Nozal

Craie sur papier, hauteur 88 cm, largeur 59,5 cm, signé et daté "St Cloud A Nozal 1885". Musée Petiet de Limoux ; n° inv. D.898.0.01. (ancien dépôt du musée du Louvre transféré à la commune en 2011).

 

Au pied d’immenses arbres, dont la neige souligne les branches, une minuscule silhouette de femme portant un fagot de bois marche vers l’horizon. Dans le ciel de noirs corbeaux dessinent une longue courbe. Trois couleurs sont utilisées : le blanc le gris et le noir. Pastelliste et paysagiste remarquable, doué de verve et de facilité, Alexandre Nozal a su donner à cette œuvre une touche délicate et une force saisissante.

Alexandre Nozal est né en 1852 à Neuilly le 7 août et mort à Paris en 1929. Après s’être formé auprès de Luminais, il entame sa carrière de peintre en 1876 et peint d’abord les environs de Paris. A partir de 1894, il étudie la montagne, les Pyrénées puis les Alpes et la Suisse. Il participe aux expositions universelles de Paris en 1889 et 1890 où ses toiles obtiennent des médailles. On peut noter qu’il participa à l’exposition de la société des Arts à Carcassonne en 1884. Il fait partie de la collection postimpressionniste du Musée Petiet. Autrefois dépôt du musée du Louvre il appartient depuis 2011 à la commune de Limoux.

 

Clamart, effet de neige de Paul Sourou

Clamart, effet de neige ; Paul Sourou

Huile sur toile, hauteur 38 cm sur largeur 55 cm, signé en bas à droite "P. Sourou". Musée Petiet de Limoux ; n° inv. 924.032.

 

Dans un paysage plat, où la ligne d’horizon partage la toile en deux, une silhouette noire d’homme marche vers nous, sur un large chemin bordé de quelques maisons. L’impression de froid est rendue autant par la blancheur du paysage que par le bleu du ciel.

Paul Sourou est né en 1864 et décédé en 1921 à Carcassonne. Après des études à l’Ecole des beaux-arts de Paris, il s’installe, grâce à une pension,  dans le département de l’Aude. Il fut directeur de l'Ecole des Beaux-Arts de cette ville, dont le musée possède deux toiles : La place Carnot sous la neige et Portrait de monsieur Canil. Le musée Petiet possède aussi : Quai de la Rapée à Paris de 1890.

Rubrique: