Un contrat de l’Age du fer

Un contrat trouvé à Pech Maho, écrit en Grec archaïque sur un rouleau de plomb, relate l’achat d’une embarcation dans un emporium.

Une lamelle de plomb opisthographe, c'est-à-dire  couverte d’écriture au recto et au verso, présente une face écrite en étrusque, vers 450 avant J.C. cette écriture reste incompréhensible, cependant on repère des mots comme ici  3 l’anthroponyme « Venelus, veneluz », nom étrusque de la région d'Orvieto (la Volsinie étrusque).
L’autre face est écrite en grec ionien vers 475 - 430 avant J.-C. Le texte de 12 lignes est entier (la première et la dernière ligne sont complètes) et un nom a été écrit en plus dans la marge du texte étrusque.
Le texte  est bien lisible car cette face était dans la partie intérieure du plomb enroulé. Les lettres, hautes de  0,3 à 4 cm, apparaissent légèrement plus gravées que les caractères étrusques.
Sur la face en étrusque a été ajouté : Hérônoiios  - sans doute le nom du rédacteur -

Une traduction en a été proposée:

(              ) a acheté (ou loué) un akation* chez les Emporitains ; il l'a acheté (ou loué) (bateau et cargaison,?)) ; à moi, il m'en a donné en participation la moitié au prix de deux huitains (octania) et demi ; j'ai donné comptant la somme de deux sizains (hectania) et demi, et personnellement (        ) à titre de gage une tierce(trité) ; et ce gage (        ) il l'a reçu sur le fleuve ; mais l'acompte je le lui ai fait remettre à l'endroit où les akatia sont amarrés ; témoins : Basigerros et Bléruas et Golo biur et Sédégon, ce sont ceux-ci qui étaient témoins quand j'ai remis l'acompte, mais quand j'ai fini de payer la somme due, soit deux huitains et demi (les témoins étaient) : anaruas, Nalbe..n

* akation = embarcation légère
 

Et interprétée comme suit :

Hérônoiios, grec d'Ionie, intermédiaire d'une transaction (vente ou location) rédige un constat de cette transaction pour son partenaire Kiprios (?) qui revend une embarcation légère à d'autres personnes ; Hérônoiios, se porte garant de la transaction puisqu'il engage lui-même une caution. L'achat par Kiprios (?) de l'embarcation a eu lieu à Emporium. La revente a sans doute lieu à Pech Maho, sur le fleuve devant témoins. Les transactions suivantes se déroulent "là où sont amarrés les akatia".

Plus récemment des inscriptions sur tablettes découvertes à Emporion mentionnent un comptoir nommé Saiganthé qui serait le nom ancien de l’oppidum passé ensuite à Sigean.

GrecEtrusque

photographies : plaque 86.01.195  recto et verso

Bibliographie :

M Lejeune, J Pouilloux,Y Solier, étrusque et ionien archaïques sur un plomb de Pech Maho (Aude), Revue archéologique de Narbonnaise, 21, 1988, p 19-59.
María José Pena, « Quelques réflexions sur les plombs inscrits d’Emporion et de Pech Maho. Pech Maho était-il un comptoir du sel ? Revue des études anciennes, tome 116, n° 1, 2014, pp. 3-21. 

Rubrique: