Les collections de la protohistoire

Les collections de l’âge du Fer proviennent des fouilles de l’oppidum de Pech Maho, situé sur la commune de Sigean et en moindre part de quelques autres lieux.

 Le site de Pech Maho, découvert en 1913 a été fouillé à partir de 1950 par une association puis par le CNRS à partir de 1958. Les travaux de recherche ont été repris depuis 2004  par une équipe universitaire et CNRS pluridisciplinaire.

 

Situé à la charnière entre les zones d’influence d’Ampurias (Ibérie) et de Marseille (Gaule), cet éperon barré, installé à l’embouchure de la Berre du VIe  au IIIe  siècle avant J.-C. fut un comptoir commercial très actif, utilisé comme relais par les Grecs de Marseille et d’Ampurias.

 

La céramique méditerranéenne importée

Ainsi le site a donné un nombre relativement élevé d’objets d’importations méditerranéennes d’origines diverses (Ionie, Attique, monde punique, Etrurie, Campanie, Ibérie).

Parmi ceux-ci  quelques pièces remarquables comme une coupe ionienne à yeux prophylactiques du VI e siècle avant J.-C., un flacon figurant un acteur de théâtre grec  du IIIème siècle avant J.-C., de facture campanienne (ou punique ?). Il constitue le spécimen le plus septentrional trouvé à ce jour. Egalement un rhyton grec en forme de sphinx, de la deuxième moitié du Vème siècle avant J.-C.

 

Le vin constitue un atout essentiel de ce trafic ce qu'illustrent nombre d'amphores vinaires, gréco-italiques en très grand nombre et puniques, ainsi que de vases à boire, comme coupes et canthares.

 

 

Coupe ionienne à yeux

 

Des lamelles de plomb inscrites

 

Des lamelles de plomb inscrites sont également témoins des échanges entre Pech Maho et Ampurias. L’une, du IVe siècle avant J.-C. , est inscrite sur une face en étrusque (texte non traduit à ce jour), et sur l’autre en grec (ionien archaïque).  Il s’agit du contrat de vente d’un bateau.

Trois autres rouleaux de plomb inscrits en langue ibère, du IIIème siècle avant J.-C., portent les textes les plus longs connus à ce jour dans cette langue non encore déchiffrée.

L’écriture ibère se retrouve aussi sous forme de  graphites inscrits sur un certain nombre d’objets.

 

 Un contrat de l’Age du fer.

 

Un contrat trouvé à Pech Maho, écrit en Grec archaïque sur un rouleau de plomb, relate l’achat d’une embarcation dans un emporium.

Une lamelle de plomb opisthographe, c'est-à-dire  couverte d’écriture au recto et au verso, présente une face écrite en étrusque, vers 450 avant J.C. cette écriture reste incompréhensible, cependant on repère des mots comme ici  3 l’anthroponyme « Venelus, veneluz », nom étrusque de la région d'Orvieto (la Volsinie étrusque).

 

L’autre face est écrite en grec ionien vers 475 - 430 avant J.-C. Le texte de 12 lignes est entier (la première et la dernière ligne sont complètes) et un nom a été écrit en plus dans la marge du texte étrusque.

Le texte  est bien lisible car cette face était dans la partie intérieure du plomb enroulé. Les lettres, hautes de  0,3 à 4 cm, apparaissent légèrement plus gravées que les caractères étrusques.

Sur la face en étrusque a été ajouté : Hérônoiios  - sans doute le nom du rédacteur -

 

Une traduction en a été proposée:

(              ) a acheté (ou loué) un akation* chez les Emporitains ; il l'a acheté (ou loué) (bateau et cargaison,?)) ; à moi, il m'en a donné en participation la moitié au prix de deux huitains (octania) et demi ; j'ai donné comptant la somme de deux sizains (hectania) et demi, et personnellement (        ) à titre de gage une tierce(trité) ; et ce gage (        ) il l'a reçu sur le fleuve ; mais l'acompte je le lui ai fait remettre à l'endroit où les akatia sont amarrés ; témoins : Basigerros et Bléruas et Golo biur et Sédégon, ce sont ceux-ci qui étaient témoins quand j'ai remis l'acompte, mais quand j'ai fini de payer la somme due, soit deux huitains et demi (les témoins étaient) : anaruas, Nalbe..n

* akation = embarcation légère

 

Et interprétée comme suit :

Hérônoiios, grec d'Ionie, intermédiaire d'une transaction (vente ou location) rédige un constat de cette transaction pour son partenaire Kiprios (?) qui revend une embarcation légère à d'autres personnes ; Hérônoiios, se porte garant de la transaction puisqu'il engage lui-même une caution. L'achat par Kiprios (?) de l'embarcation a eu lieu à Emporium. La revente a sans doute lieu à Pech Maho, sur le fleuve devant témoins. Les transactions suivantes se déroulent "là où sont amarrés les akatia".

Plus récemment des inscriptions sur tablettes découvertes à Emporion mentionnent un comptoir nommé Saiganthé qui serait le nom ancien de l’oppidum passé ensuite   à Sigean.

Bibliographie :

M Lejeune, J Pouilloux,Y Solier, étrusque et ionien archaïques sur un plomb de Pech Maho (Aude), Revue archéologique de Narbonnaise, 21, 1988, p 19-59.

María José Pena, « Quelques réflexions sur les plombs inscrits d’Emporion et de Pech Maho. Pech Maho était-il un comptoir du sel ? Revue des études anciennes, tome 116, n° 1, 2014, pp. 3-21.

 

 

La céramique

Les collections de céramiques locale attestent de la situation de l’oppidum entre le monde ibère du nord-est de la Péninsule ibérique et le Languedoc on peut y voir les influences culturelles de ces régions, fluctuantes au cours des siècles : marmites, urnes, jattes, pots modelés, poterie languedocienne peinte de décors géométriques, jarres, coupes, plats, urnes importés d’Espagne ou imitant le style ibère…

 

céramique

 

 

Le mobilier funéraire

 

Une série d’objets proviennent d’une tombe dite la tombe de chef.

 

La variété de la céramique (cratère, coupes, oenochoé, askos, olpé, aryballe) et l’abondance des objets (aliments, pointes de flèches, épée, anneau, lames, fusaïoles, osselets et rondelles d’un collier, défenses de sanglier, disque en albâtre, galets, résine à parfum, ambre, pierres ) nous renseignent sur les rites funéraires du 3ème siècle avant J.-C.

 

Provenant d’une autre tombe, une épée, un fer de lance et un javelot ont été pliés pour être mis hors d’usage avant leur dépôt dans la sépulture, de même qu’un plat en bronze a été tailladé et rendu inutilisable.

 

mobilier funéraire

 

 

 

 

 

 

 

 

Rubrique: