Votez Meschenmoser !!

Depuis un peu moins de dix ans, à chaque nouvelle sortie d’un album de Sebastian Meschenmoser, les bibliothécaires jeunesse sont sur un petit nuage (surtout Lady S en fait, mais les autres aussi)… Elles ressortent les anciens, comparent, s’extasient. Et elles ne sont visiblement pas les seules à adorer : aucun exemplaire n’était disponible à la lecture pour préparer cette présentation. Elle sera donc basée sur des souvenirs, parce que oui un album de Meschenmoser ça laisse des souvenirs !

Sebastian Meschenmoser, est un jeune auteur/illustrateur allemand né en 1980.
En 8 ans, il a réalisé 11 albums splendides, tous publiés chez Minedition, à l'exception de Leçon de vol. Spécialisé dans le crayon (oui il y a beaucoup de crayon gris, mais c’est bien le gris quand c’est aussi expressif !) mais avec des touches de couleur toujours placées au bon endroit, il n’a pas son pareil pour retranscrire les états d’âme de ses personnages dans ses dessins.

Pour feuilleter en ligne les albums, rendez-vous en bas de page !

L’écureuil et la lune (Minedition, 2008)
La quatrième de couverture nous présente l’album ainsi :
« Un beau matin, un écureuil se réveille en sursaut : la lune, si grosse, si ronde et si jaune se trouve devant sa porte.
Qui a bien pu la mettre là ? Et si c'était un voleur ?
Et si on l'accusait, lui, de l'avoir dérobée ?
Et si on le mettait en prison ?
Que faire maintenant ?
Un peu de force et d'astuce, beaucoup d'aide et de volonté permettront peut-être de réparer les choses. »

Peut-être parce que c’était le premier, peut-être parce qu’il est drôle et plein de poésie, sûrement parce qu’il est excellent, c’est un de ceux dont tout le monde se souvient.
C’est drôle, bien mené et les illustrations aux crayons sont d’une finesse remarquable. Il faut prendre le temps de s’attarder sur les détails et tout lire du début à la fin car l’histoire commence dès la seconde de couverture et ne se termine qu’à la toute dernière page.

L’écureuil et le printemps (Minedition, 2009)
Où l’on retrouve les trois personnages qui nous ont été présentés dans le premier album, l’écureuil à l’imagination débordante et ses copains, le hérisson et l’ours.
A la faveur du printemps, Hérisson est tombé sous le charme d’une demoiselle croisée dans la forêt. Ses amis élaborent une stratégie pour lui donner une image glorieuse, voire héroïque. La facilité avec laquelle ces trois amis s’emballent est à chaque fois réjouissante. Et la sincérité de leur amitié fait chaud au cœur.
Beaucoup d’humour, notamment dans les illustrations.

L’écureuil et la première neige (Minedition, 2009)
Le bouc  a vanté à l’écureuil la beauté des premiers flocons « blancs et humides, froids et doux ». Après avoir empêché ses amis de s’endormir, il les convainc d’attendre avec lui la neige.
Comment ne pas craquer devant la trombine de ces lascars qui luttent contre le sommeil pour avoir une chance de voir les premiers flocons, alors que l’hibernation approche?
Splendides illustrations mélangeant crayons et peinture à la manière d’un carnet de croquis. On reste béat d’admiration devant le talent de l’auteur pour exprimer de façon si juste les états d’âme des trois personnages. Pour moi, le plus poétique de tous. Et puis, bon sang, la forêt en hiver, c’est beau !
[Note de Lady S : c'est aussi l'album préféré du volatile qui lui avait consacré un petit article]

Les trois vœux de Molosse (Minedition, 2010)
Ne surtout pas se laisser décourager par une couverture peu attractive, ouvrez le livre !! 
Le chien Molosse, est un bougon râleur. Oui ça existe, j’en suis.
Ce matin, rien ne va. Panne de réveil, frigo vide, journal trempé… Molosse tire la tronche (concentrez-vous sur les mimiques du chien) jusqu’à ce qu’arrive la fée Porcine, toute en couleurs, qui lui fait une proposition : exaucer trois de ses vœux dans la journée.
On retrouve les dessins précis de l’illustrateur, avec des personnages différents de nos amis les animaux de la forêt. Et on ne perd pas au change…

Rarement on aura croisé dans un album un chien aux traits aussi expressifs. En le feuilletant, on comprend pourquoi il fait partie du top 5 des albums préférés de tous les temps de Lady S.

Leçon de vol (Plumes de carottes, 2010)
Etrange histoire que celle que raconte ce pingouin, qui erre dans une rue, au narrateur. Il volait tranquillement avec un groupe d'oiseaux quand il a pris conscience qu'un pingouin, ça ne vole pas. Il aurait alors chuté et atterri dans la rue. Le narrateur le ramène chez lui pour le remplumer un peu et décide de trouver un moyen pour le faire voler à nouveau. Les tentatives s'enchaînent pour le plus grand plaisir des lecteurs, petits ou grands, qui ne pourront que s'esclaffer à chaque page... Comme toujours chez Meschenmoser, les dessins viennent compléter, et parfois dire l'exact contraire du texte.

 

La laine magique de Molosse (Minedition, 2011)
Ca commence comme ça : « Un beau matin, Molosse se réveilla d'excellente humeur. Cela la rendit morose parce que les jours qui commencent bien se terminent souvent bien mal »
Deuxième opus de Molosse, le chien grincheux et attachant.  Sa compagne, la fée, le laisse seul avec des aiguilles qui tricotent toutes seules et une pelote de laine sans fin. Pris dans une frénésie de tricot, le voilà qui emballe tout son environnement de laine colorée. Mais ne serait-ce pas quelques gouttes de pluie qu'il sent sur le bout de son museau ? aïe...

L’écureuil et l’étrange visiteur (Minedition, 2012)
Dans ce nouvel épisode, notre trio candide revient dans une aventure  traitant de la peur de l’inconnu.
L'ours se reveille un matin avec une drôle de chose, bleue, posée sur la tête. Le lecteur sait dès le début de l’album que le monstre qui terrifie nos trois compères n'est en fait qu'une perruche (qui a une bonne raison de ne plus quitter plus l’ours) et non un extraterrestre venu l'enlever.
Mais ça, ils ne le savent pas. Et cela rend d’autant plus drôles les hypothèses farfelues émises par les animaux. Et toujours des illustrations splendides.

L'avis de Lady S sur Ploum le paresseux (Minedition, 2013)
Ploum est le plus heureux des paresseux ! Il vient de gagner au loto ! Mais au moment d'aller chercher son gain, un gentil monsieur devant la porte lui rappelle qu'un animal ne peut jouer au loto. Ce dernier lui propose aimablement d'encaisser les gains en son nom et de les lui rendre dès que c'est fait. Ploum lui confie donc son billet gagnant, se félicitant d'être tombé sur quelqu'un d'aussi serviable. Bien évidemment ,l'individu  file avec son argent.
Le pauvre Ploum, aidé par un raton-laveur détective privé, partira aux trousses de l'escroc. Cette course poursuite les entrainera à Las Végas où ils... Je vais pas tout vous raconter ! 
Meschenmoser nous présente ici de nouveaux personnages dans un album humoristique où on retrouve bien sa patte (l'arrivée des 2 compères, faits de traits gris hyper précis, dans une Las Végas hyper colorée, aux dessins presque enfantins vaut le détour). A lire. Absolument.

Chacun chez soi (Minedition, 2014)
Un tapir (c’est la première fois que je rencontre un tapir dans un album jeunesse..) et un manchot cohabitent. Mais alors que l’un vit très bien dans le désordre, le bruit, et la fête, l’autre préfère l’ordre, le calme et la tranquillité. Pour éviter disputes et reproches incessants, il faut trouver une solution.
Quand on est si différents il est plus facile de rester chacun chez soi mais ça n’empêche pas d’être amis. Une illustration pleine d’énergie qui en dit au moins autant que le texte.

L’écureuil et le roi de la forêt (Minedition, 2015)
Nos trois compagnons, l'ours, le hérisson et l’écureuil découvrent la légende du roi de la forêt. Celui-ci n’apparaît dans les bois qu’une fois par siècle pour y apporter le printemps. Ce roi, qui est censé leur amener aussi le bonheur, est décrit précisément par le bouc. Lorsque l'écureuil tombe sur un animal inconnu qui correspond à cette description, il s'empresse de lui rendre hommage,  écoute chaque conseil et reproduit chaque geste. Même s'il se conduit parfois de façon bien étonnante...
Mais que se passe-il lorsque les habitants de la forêt se mettent en tête d'imiter un chien et passent leur journée à marquer leur territoire ? Encore un quiproquo (l’écureuil naïf en est spécialiste) qui nous fait bien rire.

Le petit chaperon rouge n’en peut plus (Minedition, 2016)
Sorti mi-septembre 2016, nous ne l'avons pas encore reçu, ni lu ! Il s'agirait d'une version détournée du Petit chaperon rouge dans lequel la fillette manque à tous ses devoirs et c'est le loup qui se retrouve à cueillir des fleurs et préparer un panier digne de ce nom pour la grand-mère.
On est impatient de découvrir cet album... et je pense que vous aussi ! 

 

A savoir : tous les albums de Sebastian Meschenmoser, parus chez Mimedition (excepté le plus récent), sont à feuilleter sur le site de l'éditeur !

Les aventures de l'écureuil

Les aventures de Molosse 

Des paresseux, des ratons-laveurs, des tapirs et des pingouins...