Les nouvelles voix du jazz

Quand DJ M délaisse un temps ses platines pour nous parler du jazz, c'est forcément passionnant !

Considéré parfois comme un sous-genre du jazz, le jazz vocal  a toujours été populaire, grâce aux talents  d’artistes tels que Louis Armstrong, Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Nina Simone, Cab Calloway, Ray Charles ou Nat King Cole.
Plus près de nous des chanteurs ou des chanteuses ont su renouveler le genre avec de nouvelles compositions ou en reprenant les standards du jazz. Parmi eux, on peut citer Diana Krall, Cassandra Wilson, Kurt Elling, Harry Connick Jr., Madeleine Peyroux, Jamie Cullum ou Lisa Ekdahl.
Si les artistes précédemment cités sont toujours en activité, une nouvelle scène a émergé ces dernières années et je vous propose d’en découvrir les nouvelles voix.


Cécile McLorin Salvant : For on to love

Formidable chanteuse américaine de 26 ans, née d’un père haïtien et d’une mère française, elle s'est révélée au grand public avec l'album Woman child en 2013.  Ce second opus, For on to love,  expose brillamment les contrastes entre l'amour et l'envie, le plaisir et le désir. Cécile a composé cinq chansons originales. Chaque composition ou reprise explore des thèmes sous-jacents de l'album et affiche la forte personnalité de Cécile, sa vive intelligence, son humour, sa lucidité et un romantisme absolu.   For One To Love a obtenu une nomination aux Grammys pour l'année 2016 dans la catégorie meilleur album de jazz vocal.

 


Hugh Coltman :  Shadows, songs of Nat King Cole

Quand il était gosse, sa mère raffolait de Nat King Cole. Le répertoire du crooner disparu il y a cinquante ans a donc tout de la Madeleine de Proust pour le chanteur. Dandy du rock classieux, artiste aux plusieurs vies (du blues de son groupe The Hoax aux équipées jazz avec Eric Legnini), chanteur au timbre faussement cristallin, le garçon sait mieux que personne qu'un crooner est bien plus qu'un type au costard impeccable. Car au-delà des tubes de Nat King Cole, c'est la face sombre et écorchée de l'immortel interprète de Nature boy qui fascine Hugh Coltman. Après la sortie et les tournées de deux albums solos résolument pop, le songwriter a donc tourné et enregistré avec Eric Legnini, le pianiste et producteur de cet album. Cette expérience de musicien de jazz lui a donné confiance pour enfin aborder le répertoire de Cole.

 


Melody Gardot : Currency of man

C’est en 2008 avec son deuxième album My one and only thrill que cette jeune américaine obtient une consécration mondiale. Suivra un troisième opus plus orienté world music s'inspirant de son périple autour du monde : Maroc, Brésil, Argentine et Portugal. Pour son quatrième disque, c’est sur un jazz gorgé de soul qu’elle pose sa voix suave et profonde. Sans doute son disque le plus abouti que l’on ne se lasse pas d’écouter.
 

 

 



José  James :  While you were sleeping

En constante évolution, ignorant les barrières séparant les genres, le chanteur songwriter José James a toujours été en quête de nouveaux horizons musicaux. Après No Beginning No End, son premier album chez Blue Note, il revient aujourd'hui avec un nouveau projet qui se distingue par son énergie et son audace. Sa voix de baryton toujours aux avant-postes, José mêle sur cet album des éléments rock, folk, funk, blues, hip hop et R&B, nous invitant à un véritable voyage dont le désir, l'introspection et la révélation spirituelle constituent autant d'étapes. Avec l'aide du producteur Brian Bender et d'un groupe plus soudé que jamais - Kris Bowers au clavier, Solomon Dorsey à la basse et Richard Spaven à la batterie - José a entrepris de créer un album restituant cet esprit de créativité débridée. En studio, les membres du groupe ont reconsidéré leur rôle respectif, chacun assistant José dans ses dernières expérimentations sonores.
 


 Yesterday I had the blues : the music of Billie Holiday

José James rend hommage à la chanteuse mythique. Parmi ceux qui ont participé à cet album réalisé par Don Was, président du label Blue Note, on trouve les excellents musiciens Jason Moran (piano), John Patitucci (basse), et Eric Harland (batterie).
 

 

 

 

 


Gregory  Porter :  Liquid spirit

Son improbable casquette vissée sur la tête, Gregory Porter est un auteur-compositeur, chanteur et acteur américain. Influencé par la musique soul de Marvin Gaye et par le jazz de Nat King Cole, Gregory Porter sort son premier album Water en 2010. Au moment de sa sortie, le disque reçoit d'excellentes critiques. En 2013, avec son troisième album intitulé Liquid Spirit, le chanteur confirme son succès et impose son style musical aux États-Unis, mais aussi en Europe. Liquid Spirit remporte même le Grammy Award du Meilleur album de jazz vocal.
 

 


Raphael Gualazzi

Ce pianiste et chanteur de jazz italien aime varier les styles passant du jazz, à la chanson italienne ou à la pop. C’est cet éclectisme forcené qui fait le charme de Happy Mistake. L’album s’écoute comme une radio dont on tournerait le bouton à la recherche d’une bonne station. Et il n’y aurait que des bonnes stations. Dans une formule musicale modulable mais toujours acoustique, il adapte Verdi, invite Camille pour un duo cabaretier, s’amuse avec les figures imposées du vieux jazz, fait son crooner italien, joue du rock sans guitare (mais avec la fougue), minaude dans le registre soul et finit par s’envoler sur une improvisation en hommage à la musique d’Amarcord de Nino Rota.

 

Et pour rester dans l'ambiance, si on suivait la formation "Polar et Cie" ??

 

Le blues, le funk, le rock, le rap, la soul, le métal, le punk, les musiques de films, le classique, le baroque, la pop, l'opéra... toutes les musiques se retrouvent dans les littératures policières et le cinéma policier.

Objectifs :
Mises en valeur, de façon croisée et thématique, des ressources de la bibliothèque (livres, cd, dvd…)
Acquérir une meilleure connaissance du polar
Appréhender la place de la musique dans le roman policier
Optimiser les propositions de la bibliothèque dans ce domaine

Contenu :
Brève histoire du roman policier
La place de la musique dans le polar
Pistes de mise en valeur et d’animations pour la bibliothèque

Public : Personnel salarié et bénévole des bibliothèques du réseau

Effectif : 20 personnes

Intervenants : Emeric Cloche et Caroline Benedetti, Association «Fondu au noir 44 »

Date et lieu : Mardi 8 mars, BDA Carcassonne
Horaires : 9h - 12h / 14h – 17h

et pour s'inscrire :
bulletin d'inscription à nous renvoyer.pdf