Piet Moget ou le cheminement d’un perpétuel voyageur.

Une exposition hommage au L.A.C. sera consacrée cet été au peintre voyageur.

Voyageur, Piet Moget  (La Haye 1928 – Port-la-Nouvelle 2015), le fut mais ce fut un voyageur exigeant au cheminement unique et multiple à la fois.

Piet Moget dans son atelier

Certes, il voyagea à travers son pays natal et de l’Europe du Nord aux rives de la Méditerranée qui lui offrirent un environnement à la mesure de son goût pour les éléments naturels les plus insaisissables : l’eau, le ciel, la mer, le vent.

Piet Moget fit aussi un long voyage personnel, permanent et unique pour que se révèlent et se livrent au fil des ans ses thèmes de prédilection,  son geste artistique ainsi que l’étendue chromatique de sa palette permettant de donner à ressentir les éléments marins qui se distinguent, se mêlent ou se confondent.

Le voyage devint quête car il s’agissait moins de peindre un paysage, un motif, un élément que d’en restituer la présence, la force, invisibles peut-être, mais bien présentes et susceptibles peut-être de susciter un ressenti, une émotion grâce à une peinture attentive riche de nuances imperceptibles.

Piet Moget : Oeuvre sans titre (Photo Ed Brandon)

Mais il ne s’agissait pas  davantage d’un but à atteindre, d’ores et déjà identifié, qui aurait techniquement et artistiquement apporté son lot de légitime satisfaction et de confort, voire de facilité. Non, l’ouvrage était sans cesse renouvelé avec pour source vive la nature changeante, captée dans ses métamorphoses et révélée par un instant de grâce qui permet à l’artiste d’interroger la densité de la lumière et de l’espace.

Si le voyage de Piet Moget fut unique et personnel, il ne fut pas solitaire. En effet, de nombreuses rencontres jalonnèrent son parcours artistique, des Impressionnistes fous de lumière et en quête d’une représentation picturale réinventée qui ne serait pas figée dans une quelconque théorie esthétique, en passant par la rencontre avec Geer van Velde riche de sens et d’une quête commune qui, si elle ne génèra pas de filiation artistique directe, se situa autour d’une recherche philosophique  tournée vers un essentiel débarrassé de toute dimension anecdotique pour tendre vers une œuvre dépouillée rendant compte de la confrontation permanente entre l’artiste et son besoin d’aller vers l’essentiel.

Piet Moget fut également sensible à la production artistique d’autres peintres contemporains pour lesquels il organisa des expositions afin de favoriser le contact entre le grand public et l’art contemporain, veillant à décloisonner les typologies classiques des mouvements artistiques et à souligner les traits d’union qui relient l’ensemble des sensibilités d’artistes. Il collaborera également à la création de pôles d’art contemporain, assurera le commissariat de nombreuses expositions avant de fonder en 1991 le Lieu d’Art Contemporain (LAC).

Aussi,  le LAC consacrera-t-il cet été, du 9 juillet au 24 septembre 2017, une exposition hommage à Piet Moget (voir ici). Un parcours d’espace proposera de cheminer sur les traces de cet artiste singulier qui a pleinement participé au rayonnement de l’art contemporain en Occitanie. 

Piet Moget : La descente à bateau