La commémoration dans l’Aude

La Grande Guerre a imprimé sa marque sur tout le territoire et le département de l’Aude, bien qu’éloigné du front, fut profondément affecté par le conflit : jeunes gens fauchés dans la fleur de l’âge, accueil de réfugiés et de blessés, femmes et vieillards travaillant aux champs ou à l’usine, appel à la main d’œuvre étrangère, etc.

En ces années de commémoration, nombreux sont les villages et les associations qui se sont penchés sur ce passé, ont mené de longues investigations aux Archives départementales ou dans les fonds d’archives communaux, ont fait appel aux collections privées pour comprendre comment leur village avait vécu cette page de notre histoire.

Voici quelques-unes de leurs réalisations.


Castelreng

L’association Lecture, Culture, Patrimoine, en publiant Un village pendant la Grande Guerre, nous invite à découvrir comment cette terrible période fut vécue en Limouxin. Quatre grandes parties dans l’ouvrage : la vie quotidienne au village (grâce notamment à l’exploitation des délibérations municipales), la vie sur le front (édition de correspondances de guerre), une évocation des soldats mobilisés à Castelreng (morts pour la France, décorations et distinctions honorifiques) et enfin l’après-guerre (hommage aux disparus avec la construction du monument aux morts, le retour à la paix avec l’électrification de la commune, l’arrivée du cinéma, etc.).

 

 

Pays de Sault

L’association Les Amis du Pays de Sault vient de publier l’étude que M. André Minet a consacrée aux monuments et aux morts de la Grande Guerre. Cet important travail de recherche historique porte sur les 31 communes du Pays de Sault et donne une vision complète de cette « horrible saignée humaine » que fut la Grande Guerre (560 habitants du Pays de Sault morts ou disparus). L’auteur ne s’est pas contenté de donner la liste des victimes du conflit ou d’étudier les 48 monuments aux morts du territoire. Il redonne vie et chair à tous ces soldats, fait une étude sociologique des disparus (profession, grade, affectation, etc.), s’intéresse au moment et au lieu de leur mort, à la cause du décès. Cet ouvrage est un hommage à tous ces soldats tombés sur le front mais aussi une contribution à l’histoire du premier conflit mondial.

 

Rustiques

Depuis plus d'un an, dans la perspective du centenaire de la Grande Guerre, Jean Nicloux(1) et Henri Ruffel(2) ont entamé des recherches sur les disparus inscrits au monument aux morts du village. Ils se sont inspirés des travaux menés par leurs homologues de Fontpédrouse, commune des Pyrénées Orientales : consultation des sites appropriés pour les recherches, contact avec les familles pour retrouver des renseignements, appel à la population pour retrouver des documents et des objets, organisation d’une exposition dans la première quinzaine du mois de novembre 2014 à partir des éléments déposés par les Rustiquois (en complément de celle prêtée par les Archives départementales de l’Aude). Plus de 300 personnes sont venues à la Maison du Parc à Rustiques sur le lieu d’exposition.

Monument aux Morts de Rustiques

            L’originalité de la démarche, c’est la mise place d’une plaque souvenir(3), « un mémorial internet » en deux lieux : le monument aux morts de Rustiques et la place du Bataillon Minervois à côté de la Mairie. On se trouve physiquement devant le monument aux morts et, grâce aux technologies modernes, équipé d’un « smart phone » qui peut lire le QR code se trouvant sur la plaque, on accède à un monument aux morts virtuel. On peut alors lire les fiches individuelles du site national « Memorial Genweb » (donnant pour chaque poilu les renseignements principaux) et associer à un nom figurant sur le monument aux morts une photo, un visage : c’est ainsi que la commune de Rustiques a voulu rendre hommage à ces hommes disparus sur le front. 

Pour ce mémorial internet, Fontrabiouse est une des premières communes de France ; Rustiques est la première de l'Aude.

1 Jean Nicloux a mené des recherches sur l’histoire du village pendant plus de 40 ans ; ses recherches sont exposées dans le musée archéologique et historique du village. Visites possibles : contact Mairie de Rustiques 0468786384.
2 Henri Ruffel est le président de l’Association du Patrimoine du village.
3 Elles sont en lave émaillée et fabriquées en Auvergne 

Rubrique: